Accueil La fondation Marineland Les actions La sensibilisation La Journée Internationale de l'Ours Polaire

La Journée Internationale de l'Ours Polaire

Index de l'article
La Journée Internationale de l'Ours Polaire
L'avenir de l'ours polaire
Toutes les pages

 

 

Le 26 novembre 2014 à 5h du matin, un évènement s’est produit à Marineland : pour la première fois dans l’histoire du parc, un ours polaire a donné la vie.

Cette naissance a une grande importance, car elle est le fruit de l’effort collectif de tous les parcs zoologiques européens pour sauvegarder une espèce menacée de disparition dans son milieu naturel : l’ours polaire.

En effet, le couple d’ours polaires qui vit à Marineland depuis 2010, Flocke et Rasputin, a été réuni dans le cadre d’un EEP ((European Endangered species Programme ou Programme Européen d’Elevage des espèces menacées) afin qu’ils se reproduisent.

Le but de ce programme est de conserver les caractéristiques d’origine et le patrimoine génétique de l’espèce pour le futur.

Pourquoi une telle nécessité ?

Parce que les ours polaires sont en voie de disparition dans leur milieu naturel. Ils ne vivent que dans une seule région du monde : l’Arctique. Or le Pôle Nord est l’endroit de la planète le plus affecté par l’accélération du réchauffement climatique. Selon les scientifiques, la calotte glaciaire ne cesse de fondre d’année en année, et le pire scénario (la disparition totale de la banquise estivale) est prévu pour 2050.

Si les ours blancs ne meurent pas d’avoir trop chaud (ce sont des mammifères tout à fait capables de réguler leur température interne), ils n’en meurent pas moins de faim.

La fonte des glaces

L’ours polaire est un grand prédateur, au sommet de la chaîne alimentaire, qui règne sur son territoire de chasse : la banquise. Son alimentation principale repose sur une proie particulière : le phoque, qui lui apporte tous les nutriments dont son métabolisme a besoin. Mais l’ours ne chasse pas dans l’eau, comme les autres mammifères marins. Même s’il est un très bon nageur, il chasse exclusivement sur la glace, en attrapant les phoques qui viennent respirer à la surface. Si la banquise fond, l’ours n’a plus de terrain de chasse pour s’alimenter, et il ne peut se reproduire, c’est son espace vital qui disparaît.

Les conséquences de la disparition de la banquise

Depuis quelques années, les spécialistes observent l’impact de la diminution de la banquise sur les ours polaires : les animaux meurent noyés, car ils se lancent dans des traversées interminables pour tenter de rejoindre un bloc de glace, qui pourrait abriter la présence de phoques. Les distances entre les glaces sont de plus en plus grandes et les ours affaiblis évaluent mal l’exploit qu’ils doivent réaliser en nageant.

Les subadultes ne peuvent résister à de longues périodes de jeun, et sont les premières victimes du manque de nourriture.

Les ours sont signalés de plus en plus souvent dans les zones habitées, ce qui est une situation très dangereuse pour les hommes car l’ours n’éprouve aucune crainte face à un être humain. Affamés, ils sont attirés par les décharges et les poubelles, sources de nourriture.

Les cas de cannibalisme sont de plus en plus fréquents.

Ils sont aussi victimes de la pollution : ils concentrent des taux de mercure élevé dans leurs tissus, provoquant des malformations chez leurs petits.

Toutes ces causes et conséquences en cascade ont raison de l’espèce : le taux de survie des oursons diminue inexorablement.



imagebox-tortue

la tortue marine en Méditerranée

Des espèces menacées

imagepromo-crc

Le CRC et le Sanctuaire Pelagos

Améliorer nos connaissances sur les cétacés

imagepromo-insitu

Panorama des études menées in-situ

Les actions sur les sites de vie des animaux marins