Accueil La fondation Marineland Les actions La conservation Les lémuriens de Madagascar

Les lémuriens de Madagascar

lmur catta -maki

Les lémuriens sont des primates qui ont la particularité d’exister dans un seul endroit du monde : ils sont endémiques à Madagascar. Leur unicité les rend d’autant plus précieux que l’environnement naturel de cette île de l’océan indien est endommagé par la surexploitation des ressources et plus particulièrement, la destruction des forêts. Les animaux sont chassés pour être mangés et leur écosystème se réduit à un rythme effréné. On estime que les forêts auront disparu de l’île d’ici 10 à 20 ans.

Madagascar est répertorié comme étant un hot-spot de la biodiversité planétaire, l’île regorgeant d’espèces végétales et animales uniques au monde. Malheureusement, la réalité économique du pays (un des pays les plus pauvres) conduit à l’autodestruction par la surconsommation à court terme des ressources naturelles.

Pour enrayer ce cercle vicieux, de nombreuses ONG et personnes privées tentent d’inverser la tendance en créant des actions solidaires, avec plus ou moins de résultats.

Une famille française, installée à Madagascar depuis les années 30, et forte de son intégration locale, a décidé de relever le défi et d’implanter des programmes de gestion durable de la forêt, dans le sud malgache.

Les réserves privées :

C’est en 1936 que la famille de Heaulme entreprend de protéger la faune locale, dans les forêts galeries de tamariniers centenaires en bordure du fleuve Mandrare. Elle possède 1000 ha de forêts, dont 250 ha constituent la réserve de Bérenty, à 86 km à l’Ouest de Fort-Dauphin. Elle est localisée dans le Sud Est semi-aride de Madagascar. Elle est composée de 3 types de forêts : la forêt galerie, la forêt sèche (ou épineuse), et la forêt galerie dégradée. 110 espèces d’arbres différents y sont répertoriées.

4 espèces de lémuriens endémiques vivent à Bérenty : le Sifaka et le Maki (espèces diurnes), le Tsidy et le Sonygika (espèces nocturnes). Une espèce issue de la région de Morondava a été introduite avec succès : le Gidro (espèce diurne).

La biodiversité y est particulièrement riche, avec de nombreuses autres espèces : oiseaux, papillons, caméléons, tortues, chauve-souris etc. C’est ce qui fait aussi sa réputation touristique. Des chercheurs du monde entier viennent étudier la faune et la flore locales (Etats-Unis, Japon, Europe).

lmur catta et son petit microcebus griseorufus propithecus verreauxi - sifaka lepilemur leucopus

Les programmes de conservation :

2 grands chantiers sont prévus sur ces terrains : le 1er, déjà entrepris et planifié sur au moins 10 ans, consiste à éradiquer une liane invasive : le Cissus quadrangularis, qui prolifère et étouffe la forêt galerie.

Le nettoyage est long et laborieux, car il se fait exclusivement à la main.

   cissus retrait du cissus retrait de la liane dans les arbres ramassage au sol finition

Le but est ensuite de replanter les zones nettoyées avec la mise en place d’une pépinière.

Le 2ème projet actuellement à l’étude, est la réhabilitation de la forêt de Bealoka qui représente 240 ha. Avec Bérenty, ce sont les deux dernières forêts qui subsistent dans la vallée du Mandrare. Il s’agit de créer une réserve, semblable à celle de Bérenty, avec réintroduction éventuelle de lémuriens, suivi scientifique et surveillance de la zone.

Le partenariat avec la Fondation Marineland : fort

Dans le cadre de ces 2 projets de sauvegarde de l’écosystème du Sud malgache, la Fondation se propose de soutenir financièrement les efforts entrepris, et de sensibiliser l’opinion publique aux problématiques de conservation à Madagascar. Un des parcs de l’Espace Marineland accueillant un groupe de Makis, l’information du public et le soutien aux actions in-situ sont des missions qui incombent naturellement à la Fondation Marineland.


imagebox-tortue

la tortue marine en Méditerranée

Des espèces menacées

imagepromo-crc

Le CRC et le Sanctuaire Pelagos

Améliorer nos connaissances sur les cétacés

imagepromo-insitu

Panorama des études menées in-situ

Les actions sur les sites de vie des animaux marins