Accueil La fondation Marineland Les actions La sensibilisation D'un Pôle à l'autre

D'un Pôle à l'autre

Index de l'article
D'un Pôle à l'autre
Le réchauffement climatique
Toutes les pages

icestock-fotolia.com

A l'occasion de cette campagne internationale de sensibilisation, aussi appelée "Pole to Pole", chaque amoureux de la Nature est invité à s'intéresser à l'avenir de ce noble représentant du Pôle Nord : l'ours polaire, Ursus maritimus. Il s'agit de découvrir toute la richesse de la vie dans des conditions extrêmes que sont les pôles, mais aussi de la fragilité de ce monde particulier. 

Tous les parcs zoologiques d'Europe, réunis dans l'EAZA (European Association of Zoos and Aquaria) choisissent de sensibiliser chacun d'entre nous à la beauté de la biodiversité polaire et aux menaces qui pèsent sur elle.

Notre propre comportement au quotidien a un impact sur la vie, et même la survie de nombreuses espèces vivantes. C'est le cas de l'ours blanc. Ce grand prédateur de la banquise, le plus grand carnivore terrestre, est devenu paradoxalement une espèce fragile, menacée, qui voit à chaque saison son espace vital se réduire de manière alarmante. Tout simplement parce que cet espace vital est limité à la banquise de l'hémisphère Nord, et que cette banquise fond comme "neige au soleil" comme le dit si bien l'expression populaire.

Un environnement de plus en plus hostile

L'ours blanc naît, chasse, dort et se reproduit sur cette banquise. Son régime alimentaire est principalement constitué de phoques qui vivent dans ces eaux très froides, et qu'il chasse à l'affût des trous creusés dans la glace. Sans cette étendue de mer gelée, l'ours n'a plus accès à sa nourriture, il ne peut s'alimenter correctement, ce qui lui est fatal dans un environnement aussi extrême que le Pôle Nord. Outre la famine, d'autres conséquences ont raison de la vie des ours polaires. Les distances à parcourir à la nage sont de plus en plus grandes entre 2 blocs de glace, et les ours, bien que bons nageurs de surface, ne résistent pas au-delà d'un certain nombre de kilomètres, et sont victimes de noyade.keith levit5

Les ours blancs affamés se rapprochent aussi dangereusement des zones habitées, pour se transformer en pilleurs de poubelles. 

Les causes de ce mauvais scenario

Les spécialistes estiment que la banquise pourrait totalement disparaître de l'océan arctique pendant la saison d'été, et ceci d'une année à l'autre, c'est à dire demain! Ces prévisions étaient initialement beaucoup moins alarmistes : on estimait cette fonte totale aux alentours de 2030 à 2050. Or aujourd'hui, on compte en nombre d'années et non plus en décennies, car la fonte de la calotte glacière s'accélère inexorablement. Si la banquise disparaît dans 50 ans, la conséquence directe sera l'extinction de l'ours polaire. Les quelques 20 000 animaux qui subsistent encore aujourd'hui ne seront plus que des souvenirs dans des livres d'Histoire.



imagebox-tortue

la tortue marine en Méditerranée

Des espèces menacées

imagepromo-crc

Le CRC et le Sanctuaire Pelagos

Améliorer nos connaissances sur les cétacés

imagepromo-insitu

Panorama des études menées in-situ

Les actions sur les sites de vie des animaux marins