Accueil La fondation Marineland Les actions La conservation La tortue marine en Méditerranée - Bilan des actions 2014

La tortue marine en Méditerranée - Bilan des actions 2014

Index de l'article
La tortue marine en Méditerranée
Les menaces
La préservation
Les actions de la Fondation
Bilan des actions 2014
Vous souhaitez agir
Bilan des tortues échouées en 2015
Toutes les pages

Le bilan des actions 2014

La campagne de Science participative, aussi appelée ObsTortueMed, prend un essor de plus en plus important chaque année, grâce à la contribution des plaisanciers, plongeurs, pêcheurs, whale-watching etc des Alpes-Maritimes et du Var.

La Fondation Marineland, organisatrice de ce concept, a aussi multiplié les opérations de sensibilisation, et a mis en place cette année une campagne aérienne, pour renforcer les moyens d'observations des tortues en mer.

Tortue Caouanne, Caretta carettaTortue Caouanne, Caretta caretta

Grâce à tous ces efforts, le nombre d'observations augmente chaque année. Les résultats ont ainsi pu être présentés par Sidonie Catteau, chef de mission Tortue de la Fondation, lors de l'Assemblée Générale du RTMMF (Réseau des Tortues Marines de Méditerranée Française), le 22 Novembre 2014.

La participation de tous les navigants du littoral

Au Printemps, 78 centres divers (clubs nautiques, écoles de voiles, clubs de plongée, capitaineries, prud’homie de pêcheurs, pêcheurs sportifs,  whale-watching etc.) ont été visités dans les ports du Var, et 84 dans les Alpes-Maritimes, afin de distribuer des affiches, des auto-collants et des brochures d'observation auprès des futurs observateurs.

Cadavre d'une tortue marine Cadavre d'une tortue marine

En retour, les gens qui étaient sur l'eau ont retourné leurs observations de tortues à la Fondation, dont 2 échouages (tortues décédées).

Le pic des observations est concentré en Juillet et Août, car cette période correspond à la plus grande fréquence de sorties des bateaux, et des usagers de la mer en général. Plus il y a d'observateurs sur l'eau, et plus ils sont susceptibles de signaler la présence des tortues. Pour autant, on peut s'interroger sur la concentration des tortues marines sur nos côtes à d'autres périodes de l'année.

Tortue Luth, Dermochelys coriaceaTortue Luth, Dermochelys coriacea

L'écrasante majorité des observations concerne la tortue Caouanne, réputée pour être la tortue la plus commune en Méditerranée. Cependant, 3 tortues Luth et 2 "possibles" tortues vertes ont été rapportées, ce qui est beaucoup plus exceptionnel.  Pour avoir une certitude sur l'identification de l'espèce, il est d'ailleurs recommandé de prendre des photos des animaux rencontrés.

Habituellement, les scientifiques s'accordent à dire que la taille des tortues qui fréquentent nos courants est comprise entre 30 et 50cm (il s'agit de  juvéniles ou sub adultes : animaux âgés de 3 à 10 ans), mais on note cette année le nombre important de spécimens de 40 à 80cm (selon l'évaluation des observateurs).

Portrait de la tortue Caouanne de Méditerranée

Notre région (Alpes-Maritimes et Var) n'est pas une zone de reproduction pour la tortue marine, elle s'approche de nos côtes principalement pour s'alimenter.

Tortue Caouanne, Caretta carettaTortue Caouanne, Caretta caretta

La moitié des tortues méditerranéennes naissent sur les plages de la Méditerranée orientale (Lybie, Turquie, Chypre), et grandissent dans le bassin oriental de la Méditerranée. Lorsqu'elles ont atteint une taille minimale de 30cm et ont la capacité physique de plonger sous les courants, en profondeur, elles parviennent à franchir le canal de Sicile pour accéder à notre zone marine, la mer Ligure.
45% des tortues présentes en Méditerranée sont nées sur les côtes de Floride, ont traversé l'Atlantique pour franchir le détroit de Gibraltar. Mais celles-ci doivent faire au moins 50 cm pour avoir la force de passer le Détroit.
Enfin, d'autres tortues sont originaires des côtes cap verdiennes (Afrique de l'Ouest), et un dernier petit pourcentage concerne les pontes en Sardaigne (Italie) et en Corse.
Les tortues que l'on rencontre sur nos côtes appartiennent donc à des sous-populations diverses.

Focus sur la campagne aérienne

Cette année, la dimension nouvelle de la campagne ObsTortueMed était sans nul doute la mise en place d'une prospection aérienne réalisée sur les côtes varoises, grâce à 3 ULM basés à Fréjus et à Cuers.

ULM PipistrelULM Pipistrel

Les pilotes, tous bénévoles, étaient le maillon indispensable à la concrétisation de ce formidable outil d'étude. Les scientifiques constatent que les campagnes aériennes ont révolutionné les données sur les tortues marines.

 

En effet, les campagnes aériennes effectuées par le passé (française, italienne et espagnole) ont permis de recenser des  centaines d'animaux sur une année. L'avion permet de parcourir de grandes distances rapidement, et permet donc de couvrir  une plus grande zone d'observation et d'optimiser les résultats.


Les transects linéaires de prospection                                                           Les transects linéaires de prospection


A notre échelle et pour une première année expérimentale, nous avons pu définir notre protocole d'observation et sillonné la côte varoise, à 5 miles de la terre, entre Toulon et Fréjus, en effectuant des lignes de passage (aussi appelées transects) de 10 miles nautiques.

Au cours de 27 heures d'observation et de 2700km parcourus, 12 tortues marines ont été relevées, ainsi que plus de 60 observations secondaires d'autres espèces, comprenant rorqual commun, cachalot, requin peau bleue, anges de mer, dauphins bleu et blanc.

Les observations de tortues marines en 2014 Les observations de tortues marines en 2014

Tout ça pour...quoi?

Quand on rassemble les résultats de la campagne aérienne et ceux des observateurs en mer, on obtient cette année 73 observations de présence de tortues marines dont 2 animaux décédés.

Présence de plastique dans la bouche Présence de plastique dans la bouche

Plus on peut intervenir rapidement sur un cadavre, et plus on a de chances d'obtenir des résultats lors de l'autopsie. Il est donc essentiel d'alerter les personnes compétentes quand on croise ce type d'échouage. Cet été, l'autopsie de la tortue la moins abîmée n'a pu déterminer de façon certaine la cause de sa mort, mais un grand nombre de micro-déchets de plastiques étaient présents dans son estomac et ses intestins, ainsi que dans sa bouche.
Les autopsies mettent en évidence l'impact de la pollution plastique sur  les animaux marins comme les tortues.


Tous ces résultats ont été transmis au RTMMF, qui est la structure qui fait autorité dans notre pays pour la conservation des tortues marines. Grâce à ce travail de fourmis réalisé sur le terrain, le Réseau compile les résultats de tous les volontaires observateurs sur la façade méditerranéenne. Il établit un rapport annuel qui est une aide à la décision des instances de l'Etat ou des organismes internationaux qui vont statuer sur les espèces menacées. Si une population animale se fait de plus en plus rare dans une zone, son statut de protection (ou statut de conservation) pourra être renforcé.

En bref, c'est aussi grâce au travail de chaque bénévole observateur ou contributeur de nos actions de conservation que les réglementations évoluent afin de protéger les espèces selon les régions du monde.
Cet investissement a donc une grande valeur et l'on ne remerciera jamais assez tous les gens qui, cette année encore, ont donné de leur temps et de leur énergie pour participer à ObsTortueMed.

On précise qu'il ne s'agit pas du recensement exhaustif d'une population donnée (pour cela, il faudrait être sûr de compter chaque individu), mais les spécialistes peuvent apprécier le nombre d'observations en les comparant sur plusieurs années dans une même région : des tendances se dégagent au fil du temps. Dans une situation idéale, des équipes scientifiques mandatées par les instances de conservation devraient effectuer ce travail, mais les moyens manquent souvent cruellement pour ce type de mission. C'est pourquoi le relais assuré par les associations, fondations ou toute autre structure caritative ou privée est non seulement utile mais indispensable pour faire avancer les connaissances, du moment que ces travaux sont mis en commun pour l'intérêt général.

Et après?

Voilier Oïkos en mission d'observationVoilier Oïkos en mission d'observation

L'équipe de la Fondation Marineland a décidé de ne pas relâcher ses efforts, et enchaîne donc avec une campagne d'observation hivernale, grâce à un partenariat réitéré avec le navigateur Stéphane Narvaez et son voilier Oïkos. Stéphane embarque des observateurs à bord de son bateau 2 week-ends par mois afin d'observer les tortues marines. De réels efforts de prospection sont à fournir en plein hiver car peu de navigants sont sur l'eau en plein hiver pour faire remonter des observations. L'équipe de la Fondation va donc expérimenter la prospection en hiver, afin de déterminer si les tortues fréquentent toujours la mer Ligure en saison froide.

Avec cette campagne d'hiver, le travail d'information et de sensibilisation en amont, la campagne aérienne, et la coordination de la campagne marine estivale de science participative, la Fondation a, cette année, déployé des actions complémentaires qui permettront d'obtenir des résultats de plus en plus significatifs pour les années à venir.
Et encore un grand merci à tous les contributeurs...

 



imagebox-tortue

la tortue marine en Méditerranée

Des espèces menacées

imagepromo-crc

Le CRC et le Sanctuaire Pelagos

Améliorer nos connaissances sur les cétacés

imagepromo-insitu

Panorama des études menées in-situ

Les actions sur les sites de vie des animaux marins